Η σωκρατική μέθοδος σύμφωνα με τον Hegel και τον Kierkegaard

 

Το τεκμήριο παρέχεται από τον φορέα :
Ακαδημία Αθηνών

Αποθετήριο :
Κέντρον Ερεύνης Ελληνικής Φιλοσοφίας (ΚΕΕΦ)

δείτε την πρωτότυπη σελίδα τεκμηρίου
στον ιστότοπο του αποθετηρίου του φορέα για περισσότερες πληροφορίες και για να δείτε όλα τα ψηφιακά αρχεία του τεκμηρίου*
χρησιμοποιήστε
το αρχείο ή την εικόνα προεπισκόπησης σύμφωνα με την άδεια χρήσης :
CC BY-NC-SA 4.0

Αναφορά Δημιουργού - Μη Εμπορική Χρήση - Παρόμοια Διανομή
κοινοποιήστε το τεκμήριο






2007 (EL)
Η σωκρατική μέθοδος σύμφωνα με τον Hegel και τον Kierkegaard

Πρελορέντζος , Ιωάννης

Cette étude comparative porte sur les conceptions de Hegel et de Kierkegaard concernant la méthode socratique. Les deux philosophes se distinguent parmi les grands penseurs des temps modernes dans l'œuvre desquels nous rencontrons des représentations remarquables de Socrate, non seulement parce qu'ils ont consacré de longues analyses au philosophe athénien dans plusieurs de leurs textes, mais aussi, et surtout, à cause de leur approche originale de certains aspects de la vie et de l'enseignement de Socrate. La présentation des raisons imposant cette comparaison est suivie par celle des analyses de Hegel sur la méthode socratique dans ses Cours d'histoire de la philosophie. L'ironie ne constitue, selon lui, que le moment négatif de cette méthode, son moment positif étant la maïeutique; en outre il établit le parallèle entre l'ironie socratique et le doute méthodique cartésien, qui ne sert pas le scepticisme, mais constitue le meilleur moyen, dont nous disposons pour accéder à la certitude. Dans sa thèse de doctorat concernant Le concept d'ironie constamment rapporté à Socrate, Kierkegaard rejette l'interprétation hégélienne de la méthode socratique, en soutenant que l'ironie fut le trait distinctif non seulement de l'enseignement, mais également de toute l'existence de Socrate. Comme, selon Kierkegaard, l'ironie socratique consiste essentiellement dans la négativité absolue - étant ainsi encore plus négative que le scepticisme - et comme, d'autre part, Socrate fut l'unique ironiste véritable de l'histoire de l'humanité, l'image de Socrate qui traverse la thèse de doctorat de Kierkegaard est celle d'une personnalité infiniment négative. Le philosophe danois interprète à partir de l'ironie l'ensemble des caractéristiques, des préceptes et des attitudes attribués à Socrate par les penseurs de l'antiquité: sa laideur, ses relations avec ses interlocuteurs, le fait qu'il dispensait son enseignement gratuitement, le précepte fa¬meux «Connais-toi toi-même», etc. Dans cet article, je mets l'accent sur cinq points dans lesquels apparaît clairement l'opposition de Kierkegaard à Hegel, à savoir sur la façon différente, voire opposée, dont les deux philosophes interprètent le démon de Socrate, les accusations contre Socrate au tribunal, son attitude extatique à diverses occasions, la maïeutique et ses relations avec ses interlocuteurs. L'enjeu du conflit entre Kierkegaard et Hegel concerne l'objectivité ou non de la connaissance et des valeurs, c'est-à-dire les questions du scepticisme et du relativisme, dont l'actualité est indiscutable.

Επετηρίδα

Εγελιανή Φιλοσοφία
S. Kierkegaard
Hegel
Μέθοδος
Σωκράτης
Σωκρατική Φιλοσοφία


2007

Κείμενο/PDF

Γαλλική γλώσσα
Ελληνική γλώσσα



*Η εύρυθμη και αδιάλειπτη λειτουργία των διαδικτυακών διευθύνσεων των συλλογών (ψηφιακό αρχείο, καρτέλα τεκμηρίου στο αποθετήριο) είναι αποκλειστική ευθύνη των φορέων περιεχομένου.