Η πρωταρχή της καλλιτεχνικής δημιουργίας. Θεωρία των εικαστικών τεχνών

 

Το τεκμήριο παρέχεται από τον φορέα :
Ακαδημία Αθηνών

Αποθετήριο :
Κέντρον Ερεύνης Ελληνικής Φιλοσοφίας (ΚΕΕΦ)

δείτε την πρωτότυπη σελίδα τεκμηρίου
στον ιστότοπο του αποθετηρίου του φορέα για περισσότερες πληροφορίες και για να δείτε όλα τα ψηφιακά αρχεία του τεκμηρίου*
χρησιμοποιήστε
το αρχείο ή την εικόνα προεπισκόπησης σύμφωνα με την άδεια χρήσης :
CC BY-NC-SA 4.0

Αναφορά Δημιουργού - Μη Εμπορική Χρήση - Παρόμοια Διανομή
κοινοποιήστε το τεκμήριο






1973 (EL)
Η πρωταρχή της καλλιτεχνικής δημιουργίας. Θεωρία των εικαστικών τεχνών

Θεοδωρακόπουλος , Ιωάννης Ν.

L'auteur procède par une analyse phénoménologique de la notion du réel et du phénomène de la langue. Il rejet le réalisme naïf et la thèse dogmatique d΄un monde de représentations toutes faites et pose que le réel est connaissable en tant qu'effet d'un processus psychophysique. La langue est une forme de mouvement expressif, un geste phonétique; son essence réside dans ce qu'elle est à la fois sensible et compréhensible par l΄intelligence d΄autrui. La langue forme le réel; elle objectivise les événements intérieurs toujours changeants et rend l΄homme capable de dominer le monde par l΄esprit. La langue ne signifie pas un étant, elle constitue elle-même un être. Cet être, tout en nous permettant de nous libérer de simples impressions, appauvrit le psychique, en imposant à l'esprit des limites : la langue est à la fois conquête de l'homme et sacrifice de son trésor émotionnel. Non seulement la langue, mais aussi le sentir, le représenter, le penser sont astreints à la limitation quant à l'acquisition d'une image complète d'un objet sensible de la conscience. L'analyse de la formation de l'objet sensible est basée sur l'examen de l΄acte de voir. L'acte de voir est en connexion avec nos propres besoinset nos dispositions individuelles. Le sensible, en lui-même, n'est point une forme achevée; il reste inachevé et fragmentaire. L'analyse de la création des arts plastiques prend son point de départ dans la constatation selon laquelle la perception du monde extrérieur par les organes de la vue permet de développer la matière visible en forme achevée. C'est là un acte de la conscience qui constitue un des modes expressifs de la vie humaine. La création artistique n'est pas due à l'imitation, elle est en connexion avec le processus de la vision. La création artistique prolonge l'acte automatique du voir, elle développe le fini visuel à un infini de l'agir, à un effort de renouvellement des formes. L'oeuvre artistique est le produit de la transformation de l'automatisme de la vision en expression, en activité plastique. C΄est là le point qui permet d'établir le parallèle entre la langue et les arts plastiques : la première est forme de développement de la pensée humaine ; les arts sont formes de développement du processus de la vision. Dans les deux cas l'homme s'avère créateur des formes réelles qui ont la marque de l'originalité. L'auteur, insistant sur cette différence spécifique du voir artistique—ce dynamisme du voir— procède à la distinction entre la position dianoétique du savant à l'égard de la nature et la relation particulière de l'artiste avec elle. Du même coup, il rejet la thèse qui fait provenir l'art des causes d'ordre uniquement affectif; l΄artiste, soutient l'auteur, possède naturellement la capacité de communiquer énergiquement avec la nature; dans cette communication la vision créatrice et l'excitation sentimentale coïncident; chez l'artiste le vécu intérieur du voir et la capacité de s'exprimer dépassent le commun. L'analyse qui suit est une reprise de la problématique de la relation de l'art avec la nature. L'essentiel de l'analyse réside dans la thèse qui rejet l'identification des deux grandeurs; l'art n΄est pas la nature, il est sublimation de la nature, expression libre du Beau et fonction autonome de l'esprit. Le rejet de l'exclusivité du facteur sentimental ou du facteur dianoétique dans la création artistique commande la théorie de la compréhension de l΄oeuvre d'art. Seul le comportement artistique à l'égard de cette oeuvre permet sa compréhension. Cela signifie que l'on doit être capable de se réaliser à nouveau le processus de la création. C'est pourquoi, tout compte fait, l'authentique compréhension d'une oeuvre artistique n΄est que l'apanage de l'artiste.

Επετηρίδα

Αισθητική
Συστηματική Φιλοσοφία
Καλές τέχνες
Τέχνη


1973

Κείμενο/PDF

Γαλλική γλώσσα
Ελληνική γλώσσα



*Η εύρυθμη και αδιάλειπτη λειτουργία των διαδικτυακών διευθύνσεων των συλλογών (ψηφιακό αρχείο, καρτέλα τεκμηρίου στο αποθετήριο) είναι αποκλειστική ευθύνη των φορέων περιεχομένου.