Πλήθωνος, Περί αρετών και Στωική ηθική. Έρευνες για τις πηγές και την χρονολόγηση του έργου

 

Το τεκμήριο παρέχεται από τον φορέα :
Ακαδημία Αθηνών

Αποθετήριο :
Κέντρον Ερεύνης Ελληνικής Φιλοσοφίας (ΚΕΕΦ)

δείτε την πρωτότυπη σελίδα τεκμηρίου
στον ιστότοπο του αποθετηρίου του φορέα για περισσότερες πληροφορίες και για να δείτε όλα τα ψηφιακά αρχεία του τεκμηρίου*
χρησιμοποιήστε
το αρχείο ή την εικόνα προεπισκόπησης σύμφωνα με την άδεια χρήσης :
CC BY-NC-SA 4.0

Αναφορά Δημιουργού - Μη Εμπορική Χρήση - Παρόμοια Διανομή
κοινοποιήστε το τεκμήριο






2003 (EL)
Πλήθωνος, Περί αρετών και Στωική ηθική. Έρευνες για τις πηγές και την χρονολόγηση του έργου

Αραμπατζής , Γεώργιος

Le Traité des vertus de Pléthon, comme on voit dans son édition critique (par Br. Tambrun-Krasker en 1987) comprend plusieurs références aux Stoïciens et surtout à Epictète. Ici, on essaiera d΄étudier davantage la place de la morale stoïcienne dans le traité de Pléthon. En plus, sur la base du Discours à Manuel II Paléologue de Manuel Chrysoloras, écrit en 1414, récemment édité par C. G. Patrinelis et D.Z. Sofianos, on émet l΄hypothèse que le traité de Pléthon fut conçu après cette date. Chrysoloras commentant une oraison funèbre de l΄empereur Manuel II Paléologue se réfère amplement à la question des vertus. Pléthon, dans son Introduction à la même oraison ignore l΄arétalogie. Il est, donc, très probable que Pléthon developpa un système de vertus comme réponse à ce stimulus; en tout cas, ce ne serait pas une œuvre de jeunesse de Pléthon. A l΄occasion, on édite des parties d΄une étude de G. Verveniotis, présentée à un concours de l΄Académie d΄Athènes en 1928, où, on voit largement défendue l΄hypothèse de l΄influence stoïcienne. Ensuite, on s΄interroge sur l΄absence de références au Manuel d΄Epictète, malgré le nombre élevé de références aux Diatribes. Or, G. Boter, dans sa récente édition du Manuel et de ses trois adaptations chrétiennes, fait état de cinq références au Manuel dans le traité; celles-ci ne sont pas évidentes, car approximatives et éparses. Boter, parle aussi de références précises au Manuel dans un Discours de Jean Eugenikos, ecclésiastique connu de Pléthon et un des copistes du Traité des vertus, celui du Parisinus gr. 2075 (1439). Selon nous, Pléthon s΄inspire d΄΄ Epictète où y distingue des résonnances platoniciennes, mais il récuse le Manuel car il le considère comme du stoïcisme vulgaire. Son traité, par contre, se présente comme un ensemble où les vertus s΄enseignent selon un ordre structurel précis, l΄ordre A BB A B, d΄après le schéma de l΄implication mutuelle des vertus, promulgué par les Stoïciens. C΄est ce côté systématique du stoïcisme qui l΄a séduit dans son effort de renouveau méthodologique de la morale byzantine.

Επετηρίδα

Στωική Φιλοσοφία
Ηθική
Αρετή
Γεώργιος Γεμιστός Πλήθωνας


2003

Κείμενο/PDF

Γαλλική γλώσσα
Ελληνική γλώσσα



*Η εύρυθμη και αδιάλειπτη λειτουργία των διαδικτυακών διευθύνσεων των συλλογών (ψηφιακό αρχείο, καρτέλα τεκμηρίου στο αποθετήριο) είναι αποκλειστική ευθύνη των φορέων περιεχομένου.