Marcuse: Ο βαθμός μηδέν της ιδεολογίας

 

Το τεκμήριο παρέχεται από τον φορέα :
Ακαδημία Αθηνών

Αποθετήριο :
Κέντρον Ερεύνης Ελληνικής Φιλοσοφίας (ΚΕΕΦ)

δείτε την πρωτότυπη σελίδα τεκμηρίου
στον ιστότοπο του αποθετηρίου του φορέα για περισσότερες πληροφορίες και για να δείτε όλα τα ψηφιακά αρχεία του τεκμηρίου*
χρησιμοποιήστε
το αρχείο ή την εικόνα προεπισκόπησης σύμφωνα με την άδεια χρήσης :
CC BY-NC-SA 4.0

Αναφορά Δημιουργού - Μη Εμπορική Χρήση - Παρόμοια Διανομή
κοινοποιήστε το τεκμήριο



Marcuse: Ο βαθμός μηδέν της ιδεολογίας

Χριστοδουλίδη - Μαζαράκη, Α.

De 1΄ «idologie» à l΄idéologie, en passant par les remarques de Napoléon sur Destutt de Tracy, la ponctualité de la notion d΄évolution est marxienne. Chez Marx et Engels dans l΄ Idéologie allemande, que commente Marcuse, l΄idéologie est une illusion (Schein), pourtant nécessaire, qui a son origine dans l΄organisation sociale de la production. Celle-ci apparaît à l΄homme comme un système de lois et de forces indépendantes et objectives. Selon Marx, l΄une des manifestations de l΄idéologie est le fait que les idées de la classe dominante deviennent les idées dominantes réclamant pour elles-mêmes une validité universelle. Dans ce sens ces idées dominantes masquent la double fonction, à savoir de dissimulation et de justification. Marcuse, qui suit en l΄occurrence la définition et la théorie marxiennes, précise la double définition corrélative de l΄idéologie: 1. La fausse conscience, soit la conscience interiorisante des dominés et 2. La conscience du faux, soit la conscience productrice d΄images des dominants. Partant de l΄enjeu de l΄idéologie dont le rôle est l΄existence et le maintien d΄un reseau de relations de dominants à dominés par les représentations, il est concevable que le système puisse opérer de lui-même sans intervention directe dans l΄émission des représentations par les dominants puisque le contrôle se maintient d΄autant mieux qu΄il est moins visible. C΄est en ce sens que Marcuse suggère que dans les sociétés industrielles avancées, les produits remplacent le discours de la représentation, (elle-même dissimulatrice et rationalisante), et que la productivité qui suscite sans cesse de nouveaux besoins et les satisfait se substitue au discours idéologique. Au sustème de représentation dominant s΄oppose une contre-idéologie dont parlent Marx et Marcuse. Cette contre-idéologie appréhende dans l΄idéologie son caractère illusoire et s΄appréhende elle-même comme ce par quoi l΄on aboutit à la fin de l΄idéologie. L΄un des caractères historiquement prédominants de l΄idéologie, c΄est son manque d΄auto-réflexi- vité, sa nature de rationalisation, son opacité à la négativité. Par contre, la contre-idéologie est capable de transformer la négativité en réflexivité. Elle est elle-même pouvoir d΄auto-transformation en 1΄ objet de son opposition. Elle s΄adapte, se transforme, concoit son non-être. Enfin, et surtout, l΄idéologie ne se définit pas: elle est définie par la contre-idéologie et par la critique théorique du social, qui le concernent. Il faut être contre-idéologue pour pouvoir parler d΄idéologie.

Επετηρίδα

Ιστορία της Φιλοσοφίας
Μηδέν
Herbert Marcuse
Ιδεολογία


1991-1992

Κείμενο/PDF

Γαλλική γλώσσα
Ελληνική γλώσσα



*Η εύρυθμη και αδιάλειπτη λειτουργία των διαδικτυακών διευθύνσεων των συλλογών (ψηφιακό αρχείο, καρτέλα τεκμηρίου στο αποθετήριο) είναι αποκλειστική ευθύνη των φορέων περιεχομένου.